Il est nécessaire d'être inscrit pour accéder à la majorité des contenus du site.

Connectez-vous ci-dessous ou, pour vous inscrire, cliquez sur le lien 'Register' situé ci-dessous !

Connexion




Forgot?
Inscription
janvier 2013
L Ma Me J V S D
« nov   mar »
 123456
78910111213
14151617181920
21222324252627
28293031  

30 jan 2013 – Le marché de l’épicerie fine face à la crise

Le Club Tourisme et Management et le Pôle HEC Tourisme ont le plaisir de t’inviter à un petit-déjeuner débat sur le thème :

Le marché de l’épicerie fine face à la crise

avec
Sylvain Orebi, PDG de Orientis (Kusmi Tea)
Et
Jean-Claude Bronner, directeur international de Lenôtre

le mercredi 30 janvier 2013 de 8h30 à 10h
(accueil petit-déjeuner de 8h à 8h30)
Boutique Kusmi Tea
71 Avenue Champs Elysées – Paris 16ème
Métro : Charles de Gaulle Etoile ou Kleber
Parking : Avenue Hoche

Paradoxe: l’alimentaire chic se développe alors que la crise s’installe. La haute épicerie aurait-elle les yeux plus gros que le ventre?

L’alimentaire est l’un des premiers budgets que les gens resserrent. Ils sacrifient des sorties au restaurant et font attention au supermarché. Mais la partie ‘alimentaire plaisir’ résiste mieux pendant les périodes de crise. Les consommateurs s’offrent de bonnes choses de temps en temps.

L’épicerie fine (en grande distribution et en boutique) représente en France un marché de plus de 5 milliards d’euros, contre 160 milliards pour l’alimentaire en général. Cette petite niche serait donc solide, même dans la tourmente économique. Face à l’offensive des enseignes
de distribution qui lorgnent cette niche, les spécialistes de l’épicerie fine doivent revoir leurs stratégies notamment en modernisant les concepts d’épicerie fine, en jouant sur le design des boutiques, en proposant des séries exclusives de produits ou en investissant dans l’e-commerce.

Pour nous présenter les enjeux de ce marché et comprendre les facteurs clés de succès, 2 enseignes de prestige et 2 experts reconnus.

Le premier est Sylvain Orebi : diplômé de l’ESCP Europe en 1980, il entame sa carrière professionnelle comme trader chez le négociant en sucre Jean Lion & Cie puis rejoint son père Elie et son frère Claude dans le négoce de café et de cacao. En 2001, il crée Orientis. En 2003, pendant que Claude gère avec une grande efficacité les activités traditionnelles, Sylvain initie l’entrée du groupe dans le monde des marques en rachetant la maison de thé Kousmichoff, fondée en 1867 à Saint Petersbourg. Il y trouve l’opportunité de redonner à une vieille marque ses lettres de noblesse. Après deux années passées à rajeunir le packaging, la distribution, les boutiques, et le marketing de la maison de thé, puis encore quelques années à la relancer, le groupe a réussi son pari d’imposer Kusmi Tea comme un acteur clé du thé premium en France et dans le monde. Kusmi Tea vient d’ouvrir en décembre 2012 sa nouvelle boutique sur les champs Elysées.

Le second intervenant est Jean-Claude Bronner, directeur international de Lenôtre. Il a 34 ans d’expérience dans le secteur du luxe, ayant travaillé pour Christofle, Lancel ou Hédiard. Depuis 2011, il gère 24 boutiques Lenôtre installées hors de France dans 9 pays et vient de développer un nouveau concept basé sur l’Epicerie Fine (architecture, produits, tarifications, développement).  Depuis 1957, la Maison Lenôtre n’a cessé de se développer, en France comme à l’international, perpétuant ainsi les valeurs de son fondateur, Gaston Lenôtre. Pâtissier, traiteur, chocolatier, confiseur, organisateur de réceptions, restaurateur, l’enseigne possède aujourd’hui 39 adresses
de gastronomie de luxe dans 11 pays. Lenôtre anime aussi les adresses parisiennes du Pré Catelan et du Pavillon Elysée Lenôtre.

Commentaires clos.